actualités

actualités

en arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales

22 septembre 2021
Recherche
Cet appel à contributions est lancé dans le cadre d'un colloque international qui se déroulera les 7 et 8 avril 2022 à Manouba en Tunisie. Date limite de réception des propositions le 30 octobre 2021.

 

La ville : matérialisation par excellence de la créativité, du sens de l’organisation et du savoir-faire de l’être humain. Si, au commencement, l’homme a créé la ville, l’inverse n’est-il pas aussi valable ? Son apparition au cours de l’histoire de l’humanité a longtemps animé les débats. Elle est finalement fixée à la naissance des premières agglomérations urbaines entre le Tigre et l’Euphrate dans la Mésopotamie du IVe millénaire avant J-C. S’étendant par la suite à la Grèce, le nord de l’Afrique et l’Europe, elle constitue aujourd’hui le modèle d’espace de vie le plus répandu dans le monde. Elle est aussi depuis de nombreux siècles un objet d’étude de prédilection pour les sciences humaines. Philosophes, sociologues, historiens, géographes, linguistes, sémiologues et anthropologues ont rivalisé de théories ou de concepts afin de saisir l’impact de l’apparition des centres urbains sur la nature de l’homme et des rapports sociaux. Les citer serait une entreprise titanesque. Il est certain que d’Aristote qui distingue la ville de la cité, à Karl Marx qui y voit le cadre idéal de la lutte des classes, Max Weber qui l’associe à la modernité et aux mutations qui la fondent, ou encore Edgar Morin qui plaide « pour une politique de la ville au XXIe siècle », les pistes se multiplient et le cheminement de la pensée continue au gré des nouvelles données qui ne cessent de se renouveler. La ville se transforme et, avec elle, son identité et sa fonction sont régulièrement actualisées. Elle se déplace, elle s’étend, elle change de visage et parfois même intègre de nouvelles dimensions. La ville est certes ancrée dans le réel, mais elle peut également naître et se développer dans l’imaginaire comme le souligne Gaston Bachelard. L’architecture s’érige en mots, la poétique de la ville décale les frontières, les arts s’approprient l’espace urbain dans une quête de sens ou de non-sens.

 

Les propositions de communication ne dépassant pas les 500 mots, et accompagnées d’une notice biobibliographique, seront à adresser à l’adresse électronique suivante.

  • Dernière date de soumission des propositions : 30-10-2021
  • Notification de l’acceptation des propositions : 28-11-2021
  • Le colloque se tiendra les 7 et 8 avril 2022.

 

liens

Fabula