actualités

actualités

en arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales

17 décembre 2021
Recherche
Cet appel à contributions est lancé dans le cadre d'un colloque qui se tiendra les 28 et 29 avril 2022 en mode hybride sur le campus St. George de l’Université de Toronto et en visioconférence. Date limite d'envoi des propositions le 22 janvier 2022.

 

Certains géologues considèrent que nous avons basculé dans l’anthropocène (Steffen et al.), l’ère où l’humain serait devenu le principal acteur des transformations naturelles sur Terre. Malgré l’importance que leur a conféré l’histoire, la révolution scientifique et l’industrialisation, qui ont respectivement fait de la nature une grande machine dont l’humanité pourrait maitriser les lois (Garrard 68) et une ressource qu’il lui reviendrait d’exploiter (Schoentjes 47), voient aujourd’hui leur rôle reconnu dans cette sortie de l’holocène. Puisque c’est ainsi le rapport d’instrumentalisation des humains à la nature que nous sommes appelés à revoir, la littérature ne doit pas être considérée comme un discours refermé sur lui-même et incapable de pragmatisme, mais plutôt comme ce qui peut raccorder nos mentalités au réel. Ne peut-on en effet réapprivoiser Gaïa en feuilletant Walden de Henry David Thoreau ou Dans les forêts de Sibérie de Sylvain Tesson ?

 

Modalités et calendrier

Les propositions d’environ 250 mots, émanant non seulement des études littéraires, mais plus généralement des sciences humaines, devront être envoyées avant le 22 janvier 2022 à cette adresse.

Le colloque se tiendra les 28 et 29 avril 2022 en mode hybride sur le campus St. George de l’Université de Toronto et en visioconférence. Prière de préciser votre mode de participation sur la proposition. Les étudiant.e.s à la maîtrise et au doctorat ainsi que les postdoctorant.e.s et jeunes chercheur.e.s y sont convié.e.s.

 

liens

Fabula