actualités

actualités

en arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales

16 novembre 2022
Recherche
Ce colloque est organisé par le LiRIS le 25 novembre 2022 à l'université Rennes 2 dans le bâtiment du PNRV.

 

Le débat, très contemporain, en France et ailleurs dans le monde, autour de la « transition écologique », ne doit pas masquer l’ancienneté de la problématique dite « environnementale » (ou « écologique ») ; en effet, si l’intérêt pour l’environnement est apparu, on le sait, dès le 19ème siècle, notamment aux États-Unis avec Georges Marsh (1801-1882) et Henry David Thoreau (1817-1862), on sait que l’écologisme, dit « politique », s’est plutôt développé, en France, à la fin des années 1960, voire au début des années 1970. Et, il faut noter que son influence s’est incarnée dans les années 1990, par la participation de partis écologistes à plusieurs gouvernements en Europe (notamment Génération Ecologie, les Verts, etc., en France).

Si l’Ecologie, comme « science de la nature » étudiée très tôt à l’université (agronomie et géographie physique), est, au moins apparemment, connue, ce n’est pas le cas, loin s’en faut, de l’« écologisme », hormis dans quelques formations proposées dans les départements de Sociologie (sciences humaines et sociales). De quoi s’agit-il ? Etymologiquement, le mot vient d’écologie, issu du grec « oikos » (maison) et de « logos » (science, connaissance), avec le suffixe - « isme » - servant à forger des mots renvoyant à une attitude, à un comportement, voire un dogme, en tous les cas, une doctrine…. Nous parlerons, ici, d’idéologie ou, au mieux, de théorie : l’« écologisme » apparaît, donc, être, un courant de pensée des mouvements en faveur de la « protection de l’environnement », et des « équilibres naturels » ! Et, par ailleurs, nous aurions, tout aussi bien, utiliser le mot « environnementalisme » ! Notre communication se propose, ainsi, d’interroger les principales préoccupations de l’écologisme, comme courant
de pensée apparu au début du 20ème siècle, et a pris de plus en plus d’ampleur dans le « champ politique », pour reprendre une formule de Pierre Bourdieu, au fil des décennies :
- le respect de la nature, sa protection, et donc de l’humain, contre les différentes pollutions (y compris agricoles, mais pas uniquement, loin s’en faut, en Europe) et altérations, voire destructions induites ou liées à l’activité sociale et humaine (industrie, agriculture, pêche, consommation, habitat, etc.) ;
- la préservation des écosystèmes dits « naturels » (ou leur restauration éventuelle, si nécessaire) ;
- la conservation des « ressources naturelles ».

Ainsi, il s’agira d’analyser, l’« écologisme » comme fait social, à la fois « total et complexe », et donc les mouvements socio-politiques (associations, partis politiques, O.N.G., etc.), comme « fait social total » et « complexe », dirait Édgar Morin, qui s’appuie, on le sait, sur des savoirs et informations qui émanent des études scientifiques pour orienter et, donc argumenter et étayer leurs actions et les décisions politiques en tenant compte des implications écologiques. La Bretagne est considérée comme un « laboratoire social » non seulement pour nos analyses et interprétations (épistémologie et problématique, conceptualisation mais aussi, et surtout, incarnation des propos !), mais aussi pour nos études et enquêtes (méthodologie et « terrain »).

8h15 > Accueil
8h30 > Introduction :
Gaïd Le Maner-Idrissi, Vice-présidente en charge de la recherche,
Anne-Laure Le Nadant, Co-directrice du LiRIS,
Ali Aït Abdelmalek : « Problématique de la journée de recherche... »

8h45 > Conférence inaugurale :
« Histoire de vie et écologie » par Daniel Cueff, Vice-président, Conseil Régional de Bretagne

9h30 > 12h30 « Pensez l’environnement pour comprendre »

9h30 > « Civilisation pavillonnaire et rapport au vivant : pistes de recherche pour le cas breton » par Jean-Michel Le Bot (sociologue, LiRIS)
10h00 > « Le changement climatique du global au local, regards géographiques » par Vincent Dubreuil (géographe, UMR-LETG, co-président du Haut Conseil Breton pour le climat)

10h30 > Pause

10h40 > « La sociologie de l’environnement : genèse et questions actuelles » par Véronique Van Tilbeurgh (sociologue, UMR-ESO)
11h05 > « L’hysteresis de la doxa de la croissance: déconcentration de la technocratie ou corruption généralisée ? Un exemple sur le territoire de Rennes-Métropole » par Michel Dupaquier (sociologue, émérite, associé au LiRIS)
11h30 > « La Responsabilité sociétale des organisations (RSO) peut elle engager les organisations vers une économie des communs pour accompagner les transitions ? » par Alain Somat et Marc Potel (psychlogie sociale, LP3C, Rennes 2)
11h55 > Débat général « intervenants-participants »

12h15 > Pause méridienne en musique (Atelier de musique Irlandaise : Eisk’Eire, avec Mourad (percussionniste).

14h00 > 17h30 « Pensez l’environnement pour agir »

14H00 > ATELIER 1 : « Lutter pour l’environnement » Présentation de l’Atelier par Jean-Marc Esnault, Directeur Général (« THE LAND », Formations rurales, Rennes)
• « Modernité du Cabotage littoral à voile 0 Carbone » par Jean-Paul Martel, Président du Mouvement de lutte pour l’environnement Pays-de-Loire (Homme & Nature, MNLE 44)
• « Former les élèves à l’environnement… » par Sylvie Villalard Gesbert (Lycée Pommerit Chef du bois, La Roche Jaudy)
• « La disparition des lentilles d’eau du marais poitevin » par Marthe Magrou (anthropologie et socilogie)

15H00 > ATELIER 2 : « Penser et agir pour l’environnement » Présentation de l’Atelier par Patrick Bobe, consultant (diplômé de l’Institut de Gestion Rennes)
• « De l’écotourisme au tourisme durable » par Brigitte Vadier Metra (Administrateur, «Morbihan Tourisme Responsable)
• « Conceptions différenciées de la notion de nature dans les cosmologies naturalistes et dans les cosmologies animistes » par Philippe Le Guen (Écobiodiv, Pratique et théorie de l’art contemporain, Anthropologie de l’art, Rennes 2)
• « Les jeunes, l’environnement et le développement durable » par Eleonora Sparano (Chargée de Recherche en sociologie, Unitelma Sapienza - Rome, Italie, Italie

15h45 > Échanges & débat

16h00 > Fin de la table ronde et pause

16h15 > Bilan et perspectives

• « Environnement et droit : perspectives d’avenir incontournables » par Catherine Malecki (juriste, LiRIS)
• « L’agro-écologie : solution d’avenir ? » par Ali Aït Abdelmalek, Jean-Michel Lebot, et (sous réserve et en visio-conférence) Edgar Morin et Sabah Abouessalam-Morin (Sociologue urbaine, CNRS)

16h45 > Synthèse de Tristan Stohellou, docteur en sociolgie (LiRIS) et Dewi Morvan-Piriou (titulaire du Master 2 Sociologie parcours « Dysote »).


 

 

liens

Contact :
Élise Ramos

Organisation :
Ali Aît Abdelmalek